Comment choisir sa cafetière ?

Préparer un excellent café est plus compliqué que d’utiliser une dosette. Cela commence par une bonne cafetière, et demande également de savoir reconnaître un grain de qualité. Mais préparer le meilleur café du monde tient aussi à de petits ajustements, infimes comme utiliser une eau à la bonne température ou le moudre à la dernière minute.

Pour maitriser cet art délicat, nous vous donnons dans cet article toutes les astuces nécessaires qui transformeront votre jus de chaussette en un merveilleux espresso ou moka.

Choisissez bien votre cafetière

Pour préparer un bon café, vous avez avant tout besoin d’une eau claire entre 93 et 96 °C. C’est cette température précise qui vous permettra de révéler au mieux ses arômes. Et pour l’atteindre, vous devez disposer d’une bonne cafetière. Face à une demande de plus en plus variée, pas toujours facile de faire le tri entre une machine à espresso qui vous donnera un café corsé et au caractère bien prononcé et la cafetière « french press » qui vous donne la possibilité de réaliser le café à votre façon. Il n’y a pas de réponse universelle à cette question, à vous de trouver celle qui correspondra le mieux à vos goûts et vos besoins.

Vous pouvez ainsi faire confiance aux professionnels qui se tournent généralement vers l’Hario V60, pour sa capacité à extraire les arômes du café, ou la chemex qui donne un café plus doux. Evitez cependant la cafetière italienne, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle chauffe l’eau à une température trop élevée pour apprécier les saveurs du café à sa juste valeur. Quelle que soit celle que vous utiliserez, n’oubliez pas de bien équilibrer votre ratio eau et café, en prévoyant 60 grammes par litre afin d’obtenir un bon compromis entre une boisson trop corsée et donc dénaturant complètement les différents arômes du café, et trop clair (et donc insipide).

Et pour vous y retrouver dans l’offre actuelle, vous pouvez consulter des comparatifs de  machines à café comme http://9h10.fr

Prenez un café de qualité

Cela pourrait paraître trop simple, mais préparer un bon café demande avant tout d’avoir un café de qualité. Si vos goûts en matière d’origine, d’assemblage ou de variété vous appartiennent, la qualité de la torréfaction est très importante pour faire la différence entre un bon et un mauvais café. Pour cela, elle doit être lente, et la plus récente possible (et ne pas dépasser un mois). C’est une information qu’il n’est malheureusement pas toujours possible de trouver sur l’emballage des cafés achetés en commerce. Dans le doute, tournez-vous donc vers un torréfacteur.

Vous pouvez également identifier la torréfaction de votre café en observant la couleur de ses grains. Pour savoir si elle a été réalisée correctement, ils doivent être d’une teinte unie, ce qui permettra d’avoir des arômes plus équilibrés. Faites bien attention à ce que les grains de votre café ne soient pas trop brillants ou gras, ce qui indiquerait qu’ils ne sont surtout plus très frais, et risquent donc d’être insipides une fois dans votre tasse.

Attention également à son odeur, puisque fraichement moulu (la mouture devant être réalisée au dernier moment), votre café aura des effluves particulières, sans être trop prononcées. Rien ne vaut la dégustation, qui vous permettra de débusquer un café trop amer ou acide. Le saint graal est l’équilibre des arômes, et la tenue en bouche.

Faites bien attention à ce que les grains de votre café ne soient pas trop brillants ou gras.

Faut-il faire confiance aux labels ?

Comment préparer un bon café étape par étape ?En matière de sélection de son café, on peut être tenté de faire confiance aux différents labels qui ont été créés pour identifier plus facilement la provenance ou les méthodes de production du café que vous allez acheter. De manière générale, ne vous fiez pas aux appellations trop vagues comme « Café du brésil » ou « Moka » qui ne veulent pas dire grand chose et ne sont ni plus ni moins que des slogans publicitaires.

Pour ce qui est du commerce équitable, ce label a plus trait aux conditions des producteurs qu’à la qualité du café que vous allez acheter. Il permet globalement de s’assurer qu’ils soient rémunérés à la juste valeur de leur travail (mais aussi de vous assurer que votre café n’ait pas été cultivé ou produit par des enfants). C’est donc un bon moyen de stabiliser les prix et d’éviter la surproduction dans certaines régions du monde (notamment au Vietnam et au Brésil) mais pas vraiment un gage de qualité.

Idem pour le label bio, qui est lui aussi payant et donc peu accessible pour les petits torréfacteurs. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui n’en bénéficient pas ne sont pas exigeants quant à la qualité de leur café. Soyez donc plus attentif aux terroirs (selon vos goûts en la matière), à l’altitude à laquelle a été cultivée le café, mais aussi à son grade (allant de 1 à 5, 1 étant le graal à rechercher).

Comment réussir son café : quelle torréfaction choisir ?

La torréfaction est le procédé durant lequel on va cuire les grains de café (le plus souvent à 200 °C) pour lui faire rendre son haut et gagner en volume. C’est une étape essentielle dans la préparation du café puisqu’elle va lui donner toute sa complexité et ses arômes (en transformant son acidité en amertume), mais aussi sa couleur noire si reconnaissable.

C’est donc à la torréfaction d’un café que l’on va reconnaître sa qualité (en le rendant plus léger et plus agréable en bouche). Soyez donc attentif à la méthode que vous allez choisir pour votre café. A l’ancienne (ou traditionnelle), vous optez pour un café de grand cru dont les arômes seront parfaitement préservés. Cette technique consiste à en cuire les grains pendant 20 minutes à 200 °C, avant de les laisser refroidir à l’air libre.

Une torréfaction éclair indique généralement que vous allez boire un robusta ou un instantané. La température est beaucoup plus élevée (soit 880 °C), mais la cuisson plus courte (puisqu’elle n’excède généralement pas 1 minute et demie). Permettant de torréfier une plus grande quantité de café par heure, elle donnera un breuvage assez quelconque.

A l’ancienne (ou traditionnelle), vous optez pour un café de grand cru dont les arômes seront parfaitement préservés.

Pour un meilleur café, vous pouvez également le torréfier à la maison, de préférence juste avant de boire votre café pour ne pas qu’il perde ses arômes au contact de la lumière, de l’air et de l’humidité. Vous pouvez utiliser un torréfacteur individuel, ou le remplacer par un grilloir. Si vous le faites en quantité plus importante que votre consommation de la journée, pensez à le conserver dans un récipient sous vide, afin qu’il garde au maximum sa saveur.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here